22/10/2012

Encore plus de camps...

Aux Beaux-Arts de Paris avait eu lieu dans mon atelier une rencontre entre étudiants, critiques et artistes sur le thème "l'art comme expérience". Chez les "jeunes" le sujet était perçu comme une question sur la nécessité d'entretenir une dimension expérimentale dans le travail, synonyme de prise de risque, de rencontre avec des médiums ou des protocoles de création inexplorés. A l'inverse, le critique a l'origine de la rencontre pensait à l'expérience comme la somme des actions qui produise une connaissance, une maîtrise.
Il est évident qu'un bon artiste ne peut pas qu'être un touche à tout chanceux, dont le hasard ou la grâce divine guiderait la création.Pourtant à l'époque je n'aimais pas trop l'idée de devoir devenir expérimenté, d'une part parce qu'elle implique qu'un jeune artiste a forcément du chemin à faire, d'autre part parce qu'elle pose la répétition comme une nécessité.
En continuant et déclinant le principe des camps d'attraction, je repense à cette discussion et constate que mon point de vue a changé...
Tout ça pour dire que oui j'en ai encore fait des nouveaux.